Patrimoine

La commune de Guipry-Messac dispose d'un patrimoine bâti très riche. En voici quelques exemples :

Châteaux et manoirs

Le château de Boeuvres

Boeuvres était une seigneurie très importante.

Le château, qui date du XVIIème siècle, est incendié pendant la Révolution. Les boiseries sont brûlées par les chemineaux qui y logent. Le château reste dans un état de délabrement jusqu'en 1901, date de sa reconstruction.

L'édifice s'appuie au sud et à l'ouest contre une terrasse. Un couloir voûte a été aménagé à la base, il en contourne la partie enterrée. L'aile sud du couloir a été supprimée et son emplacement réaménagé récemment. La pièce du rez-de-chaussée possède une cheminée monumentale construite entièrement en tuffeau. On remarque l'absence de porte d'entrée. Primitivement, l'édifice était aspecté au sud.

Le château de la Pommerais

Sa construction date des environs 1620 - 1630. L'intérêt du château réside dans l'ampleur relative de son programme qui en fait l'un des édifices les plus importants du canton avec le château de la Robinais à Bain de Bretagne. Il est cependant le seul du canton à présenter un parti de double cour ; une cour close par les différents corps de bâtiment et une cour ouverte où sont implantés symétriquement la chapelle, le pigeonnier et deux dépendances. Il se rattache, par sa technique de construction et l'aspect de ses masses, aux autres édifices de la région. Le château est par ailleurs caractérisé par la complexité et l'irrégularité de son plan.

On peut encore y voir un colombier. La chapelle, dont l'origine est sans doute très ancienne (sans doute 1676), est maintenant abandonnée et tombée en ruines.

Le manoir du Vautenet

Il est construit au XVIème siècle par une famille Tenet dont il ne reste aucune trace au XVème siècle mais qui a donné son nom à plusieurs lieux (Le Plessis Tenet, la Bois Tenet). Le manoir dans son état actuel doit dater d'une campagne de travaux qui suit la vente à Julien Aulnette, sieur de Boismelenc, en 1614. Auparavant, le manoir est la propriété de Jean de Châteaugiron, sieur du Vautenet, avant de passer aux mains de la riche famille d'Acigné. On peut penser que le manoir du XVIème siècle était assez proche de l'édifice actuel, comme en témoignent l'étagement, la porte d'entrée et l'escalier central intérieur.

Eglise et chapelles

L'église

A l'origine, aux XIème et XIIème siècles, elle ne comprend qu'une nef et une abside, le clocher d'ardoise étant au milieu (les grosses poutres qui le supportaient sont encore visibles). Deux collatéraux sont ajoutés par la suite, celui du sud au XIVème siècle, et l'autre à la fin du XVème. Au XVIème siècle, la seigneuriale nord est construite et, vis-à-vis, au sud, celle des seigneurs de Boeuvres qui y ont leur enfeu. La partie ouest de l'église et le clocher actuel sont de construction récente (fin du XIXème siècle).

Le maître d'Autel (1679) et l'autel de la Vierge sont tous deux classés monuments historiques. Les fonts baptismaux sont du XVIIIème siècle, ainsi que la Chaire (1731). La bannière est l'une des plus belles du diocèse.

La chapelle de Boeuvres

On ignore la date exacte de sa construction. Elle est mentionnée en 1670 dans les registres paroissiaux lors du mariage de Michel Toussaint de Carné et de Jeanne-Nicole Huart. Le cadre sculpté dans un mur de la chapelle date des environs de 1690, date du mariage de Jacques Huart et de Françoise Ferret. On y voit accolées les armes des Huart et celles des Ferret. La chapelle fut abandonnée dans le courant du XIXème siècle et restaurée en même temps que le château. Elle est construite en schiste gris. La corniche à modillons qui court sous le toit est en tuffeau.

La chapelle du Vautenet

Construite en 1666, la chapelle est restaurée en 1629 et sécularisée. Elle sert maintenant de refuge à porcs.

Le moulin de la Perrais

On ne connaît pas sa date de construction mais la répartition irrégulière de ses ouvertures et le type d'escalier intérieur permettent cependant de proposer le XVIIIème siècle. Le moulin, haut de 10 mètres, mesure 5,30 mètres de diamètre extérieur. La toiture est faite de bardeaux. Il est divisé en quatre étages, distribué par un escalier tournant et par une échelle de meunier. Chaque étage est marqué par une diminution de l'épaisseur du mur. Le mécanisme en partie en place est très détérioré. Il subsiste une meule de silex.

L'Ermitage

Au XVIIIème siècle, un homme solitaire séduit par le promontoire qui domine la Vilaine, se creuse une grotte dans le roc même. Il vit d'un peu de pain et d'eau, et passe son temps dans la prière. Il découvre une source qu'on appelle La fontaine au prêtre. Le Seigneur de Boeuvres, ému de pitié à la vue de ce pauvre homme agenouillé, décide de lui construire une cellule. Lorsque les constructions sont achevées, l'ermite a disparu. On ne le revoit plus sur la lande déserte. Le Seigneur de Boeuvres donne alors les cellules de l'Ermitage à son chapelain, Messire Julien Gachet.

Source : Petit guide des curiosités historiques de Messac. Archives de la Paroisse.

Creation site Internet mairie